Durée : 90 mn    -     Langue : Anglais     -    Date :  Juin 2013

 

Dans le cadre des 30 ans de son seul titre de champion, remporté avec les Sixers,  voici un documentaire sur Julius Erving qui a été diffusé en juin 2013 sur NBA TV.

Intitulé « The Docteur », inspiré de son surnom, le documentaire  revient en 90 minutes sur la carrière NBA du Doc, ainsi que ses débuts au lycée à New York et son passage dans la défunte ABA, avec l’apothéose du titre en 1983.

 

 

 

 

 

 

 

 

Julius Winfield Erving, né le 22 février 1950 à Roosevelt Island (New York), surnommé Dr J est un des plus grands joueurs de basket-ball de l'histoire, jouant au poste d'arrière ailier (small forward).

Il est l'inventeur du jeu moderne, aérien, spectaculaire et du free throw dunk. Il est le joueur emblématique de la défunte ligue professionnelle ABA. Il est également le meilleur joueur de la NBA à la fin des années 1970. Il a inventé le look du basketteur noir clean, élégant avec une coupe afro et extrêmement bien élevé qui deviendra un modèle pour beaucoup de basketteurs à travers le monde.

 

Une enfance difficile

Erving est le fils d'une femme de ménage du quartier noir et pauvre de Hempstead, situé non loin d'où jouent les Nets de New Jersey. Dans quelques années cette gigantesque salle deviendra son antre, là où il fera vibrer la foule et deviendra riche et bientôt actionnaire important de Pepsi-Cola. Ses débuts sont difficiles, il doit se lever à 4 heures du matin pour livrer des journaux et pouvoir faire vivre sa famille, avant d'aller à l'école. D'une taille de 2,01 m, il possède bientôt les ingrédients physiques et sociaux qui feront de lui une star du sport moderne américain.


Carrière avant la NBA

Avant de devenir une star médiatique en NBA, Erving fera une énorme carrière en ABA la ligue rivale de la NBA ; aux Virginia Squires (coaché par Al Bianchi), puis aux Nets de New York. Après une carrière importante en NCAA à l'université de Massachusetts où il tournera à 26,3 points et 20,2 rebonds, il rejoint donc l'ABA avant la fin de son cursus universitaire, la NBA ne l'autorisant pas à cette époque. À la fin de sa première saison, il est drafté par les Bucks de Milwaukee. Il tente d'aller jouer en NBA chez les Hawks d'Atlanta mais une décision de justice l'oblige à respecter son contrat avec les Virginia Squires et il reste en ABA. En 5 saisons dans la ligue, Il y gagne 2 titres, 3 titres de MVP. Aux Squires, il commence déjà avec ses prétentions salariales mettant en péril l'avenir financier du club à faire jaser autour de lui, amenant la franchise à se séparer de lui dès 1973, d'autant plus que les Squires envisagent de signer la star naissante George "the Iceman" Gervin lorsqu'il sera transféré aux Nets de New York. Déjà à cette époque ses genoux souffraient d'arthrite et lui donnaient des signes de faiblesse le contraignant à les enrouler de gros bandages compressés de blocs de glace. On dit que comme Abdul Jabbar, sa détente à fortement diminué dès cette période. On commence à entendre parler sérieusement de Julius Erving dit Dr J, lors du célèbre match télévisé attendu depuis longtemps entre les All Stars ABA-NBA où il se permet devant les caméras de contrer des deux mains Bob Lanier, le pivot-star des Pistons de Detroit, de traverser tout le terrain en dribbles et d'aller dunker avec son élégance naturelle. Le mythe Erving est né.


Carrière en NBA

Suite à la fusion ABA-NBA, il enchaine avec les Nets en NBA puis en 1977 rejoint les 76ers de Philadelphie pour une montagne de dollars qui fait déjà de lui l'un des joueurs les mieux payés de NBA. Il participe ainsi à sa première finale NBA contre les Portland Trailblazers emmenés par le rouquin Bill Walton, star sortante à l'UCLA et coaché par Jack Ramsay, qui gagnera son seul et dernier titre depuis. Après 2 finales de conférence Est en 1978 et 1979, il retrouve les finales en 1980, battu cette fois par les Lakers de Los Angeles de Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar en pleine époque du "show time". Malgré la meilleure saison de sa carrière comme le prouve son titre de MVP de l'année, il perd en finale de conférence en 1981 contre les Celtics de Boston. L'année suivante, il retrouve les Lakers en finale pour une nouvelle défaite. Il obtient enfin la consécration NBA en 1983. Avec l'arrivée de Moses Malone, MVP de l'année précédente, bien épaulé par Darryl Dawkins dit Chocolate Thunder, les Sixers possèdent maintenant l'intérieur qui leur manquait, d'autant plus qu'à l'arrière les Sixers sont bien équipés avec des meneurs comme Maurice Cheeks et Andrew Toney. Et les Lakers johnsonniens ne peuvent rivaliser en finale, sévèrement battus en 4 matches.

Après quelques blessures, il quitte la NBA en 1987, après une dernière saison en forme de tour d'honneur.

Il possède le 6e total de points en carrière, NBA et ABA comprises, avec 30 026 points. Il rejoint le Hall of Fame en 1993.

 

Clubs successifs

  • 1968 - 1971 : Université du Massachusetts.
  • 1972 - 1973 : Virginia Squires en ABA.
  • 1973 - 1976 : New Jersey Nets en ABA.
  • 1977 - 1987 : 76ers de Philadelphie en NBA.

 


Palmarès :

ABA

  • Champion ABA en 1974 et 1976.
  • ABA Finals Most Valuable Player Award en 1974 et 1976.
  • ABA Most Valuable Player Award en 1974, 1975 et 1976.
  • Meilleur marqueur en ABA en 1973, 1974 et 1976.
  • 5 sélections au ABA All-Star Game.
  • ABA All-Rookie First Team en 1972.
  • All-ABA First Team en 1973, 1974, 1975 et 1976.
  • All-ABA Second Team en 1972.
  • ABA All-Defensive First Team en 1976.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité sur le terrain (Player Efficiency Rating) de l'histoire de la ABA avec une note de 26,36.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité sur le terrain (Player Efficiency Rating) de l'histoire de la ABA en Playoffs avec une note de 27,42.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité sur le terrain (Player Efficiency Rating) en 1973 (27,7), 1974 (25,7), 1975 (26,2), et en 1976 (28,7).
  • Joueur ayant le meilleur ratio défensif sur le terrain (Defensive Rating) en 1976 (97,5).
  • Joueur ayant marqué le plus de points au total sur une saison en 1974 (2299), et en 1976 (2462).
  • Joueur ayant réussi le plus de tirs en ABA en 1974 (914), 1975 (914),et en 1976 (949).
  • Joueur ayant tenté le plus de tirs en ABA en 1973 (1804), 1974 (1785), et en 1976 (1873).
  • Joueur ayant pris le plus de rebonds offensifs en ABA en 1972 (476).
  • Joueur ayant joué le plus de minutes en moyenne par match sur une saison en 1973 (42,2 minutes).
  • Joueur ayant perdu le plus de ballons (turnovers) en ABA en 1972 (342).
  • Son maillot, le n°32 a été retiré par les New York Nets.

NBA

  • Champion NBA en 1983.
  • Finales NBA en 1977, 1980 et 1982.
  • NBA Most Valuable Player Award en 1981.
  • NBA All-Star Game Most Valuable Player Award en 1977 et 1984.
  • 11 sélections au NBA All-Star Game.
  • All-NBA First Team1978, 1980, 1981, 1982 et en 1983.
  • All-NBA Second Team 1977 et 1984.
  • Joueur ayant la meilleure efficacité sur le terrain (Player Efficiency Rating) en 1980.
  • 10 ème au classement des meilleurs joueurs de tous les temps par Slam (magazine) en 2003.
  • Sélectionné parmi les Meilleurs joueurs du cinquantenaire de la NBA en 1996.
  • Élu au Naismith Memorial Hall of Fame en 1993.
  • Son maillot, le n°6 a été retiré par les Philadelphia Sixers.


 

Anecdotes

Il est considéré par certains comme l'inventeur du slam dunk et apparait dans le film Philadelphia.

Il fut par ailleurs le premier à tenter, et à réussir, le Big One lors du Slam Dunk Contest de 1976. Dunk qui consiste à prendre son impulsion de la ligne des lancers francs, située à 4m60 du panier. Ce dunk a été repris de nombreuses fois notamment par Michael Jordan qui était le premier fan de Julius Erving.

Il apparait en 2010 dans la nouvelle campagne de l'équipementier Converse, capuche blanche et cheveux blancs, son trophée de MVP à ses pieds.